Notre concept et son fonctionnement



La méthanisation : différents principes de digestion

Notre concept et son fonctionnement
Chaque constructeur d’unités de méthanisation peut proposer une technologie particulière. Cependant, il existe de grands principes de traitement.

La méthanisation peut être réalisée dans des digesteurs alimentés en continu (en permanence à débit constant) ou bien dans des digesteurs discontinus de type garage, qui sont alimentés de façon séquentielle. Sur une alimentation continue, le digesteur pourra être de type « piston », le cheminement de la matière est unique (elle rentre à une extrémité du système et sort à l’autre) ou bien de type « infiniment mélangé » (cuve cylindrique en béton généralement). Dans ce type de système, le cheminement de la matière est beaucoup moins maitrisable.

Les bactéries pour dégrader la matière organique ont besoin de se trouver dans des conditions optimales. La température est un paramètre essentiel pour leur développement et la dégradation de la matière. Pour cela, les digesteurs doivent être équipés d’un système de chauffage. Selon la température du chauffage, on parlera de système mésophile (15 -45°C) ou de système thermophile (45-65°C).

La configuration des équipements et la technologie des digesteurs permettent de dégrader différentes matières. Pour exemple, des matières plutôt liquides (jusqu’à 10-12% de MS)  pourront être acceptées dans un digesteur « infiniment mélangé » et des matières dites sèches (jusqu’à 25% MS) dans une technologie de type « piston ».
De nombreux projets se sont développés en France selon le modèle allemand à savoir, le digesteur continu en infiniment mélangé en condition mésophile. Ce type de process est bien adapté à des matières liquides type lisiers. Cependant, il est aussi aujourd’hui proposé des digesteurs piston continu en voie sèche thermophile. Ces systèmes sont en effet capables de traiter des gisements dont le taux de matière sèche est plus élevé, ils correspondent mieux aux gisements agricoles français où l’élevage sur paille est privilégié.

Au-delà du choix de la technologie du digesteur, il peut être proposé de séparer physiquement les grandes phases réactionnelles de la méthanisation. Dans ce cas, on vient séparer la phase d’hydrolyse et d’acidogénèse de la phase de méthanogénèse dans des réacteurs distincts. Cette séparation a l’avantage d’optimiser les réactions de dégradation et d’améliorer les rendements de production de biogaz. L’avantage non négligeable également est de produire un gaz de meilleure qualité, riche en CH4. Cette séparation permet aussi de dissocier les phases de dégradation qui ont un pH différent. Ceci réduit fortement le risque d’inhibition et permet de maintenir la stabilité du système. Néanmoins, l’hydrolyse nécessite un chauffage avec un brassage.

Il est nécessaire de distinguer cette phase d’hydrolyse des phases de prétraitement. Les prétraitements consistent, dans la plupart des cas, en un broyage et une humidification de la matière pour casser les chaines carbonées les plus difficilement dégradables.

La technologie que nous vous proposons aujourd’hui permet de travailler avec différents taux de matière sèche et s'adapte bien à tous types d'effluents organiques : agricoles, issus des agro-industries et des collectivités. La matière à traiter s’adapte bien au système dès lors qu’elle est en amont bien été préparée (prétraitement et hydrolyse). La technologie de la société « Incorporateur.com » a cette vocation.

Lu 7148 fois


IMGP1051.JPG
IMGP1050.JPG
DSC00132.JPG
IMGP1194.JPG
DSC00181.JPG
IMGP1043.JPG
IMGP1191.JPG